Des moments à partager, des histoires à vivre, un regard différent sur les motards, faisons la route ensemble.

Livre d'or

Vous pouvez commenter, ou laisser vos impressions ici.

Un livre d'or est un livre (ou une page web, ou tout autre support d'écrit) où des personnes inscrivent des félicitations ou des témoignages sur quelque chose (un lieu, un événement).

Dans un hôtel de ville, un restaurant ou un gîte ou lors d'un mariage, un livre d'or peut être rédigé par les clients ou les invités pour qu'ils témoignent de leur passage. Son but principal est de permettre aux visiteurs d'exprimer leur gratitude et leur soutien. Le livre d'or s'oppose au livre de doléances.

24 message(s) dans le livre d'or

  • JEAN RIGOT
  • Le 29/03/2021

Sortie du dimanche 28/03/2021,
une virée à multiples péripéties

Nous étions 17 du MCTB, plus une charmante dame passagère, sur 11 motos.
Plus 3 amis de Chantal et René sur 2 motos.
Plus un passager clandestin en la ''personne'' d'une espèce d'animal à 4 pattes, genre rat musqué,
pas plus grand que ça, répondant au nom de Réglisse, et aimant faire des léchouilles aux gens/Jean sympas.
Le temps était idéal pour une ballade, mais voilà, c'était sans compter ces satanées Goldwin.
Goldwin = machine à ennuisssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss
7km après le départ, oui, seulement 7km : une Goldwin en panne.
Avec ces satanées machines nous avions déjà eu droit à des problèmes de batterie, de valve,
et de plein d'autre choses, tellement de choses que je ne peux pas toutes les citer.
Cette fois : la pompe à essence.
Tous bien garés sur le côté de la route, notre président faisant la circulation.
Heureusement que notre petit génie de la mécanique, l'homme aux doigts d'or,
dont je ne citerai pas le nom car il ne va plus se sentir, était là avec sa caisse à outils.
Dommage que vous ne puissiez voir les photos : la foule autour de la moto, chacun donnant un avis différent,
mais un seul les mains dans le cambouis !!!
Il a débranché le truc rond pour mettre un machin carré sur le bidule qui part de la chose ovale
pour arriver là où il faut .
Miracle, la moto a démarré.
Hé-hé, pas longtemps puisque 20km plus loin, dans Trie, re panne.
Profitant de cet arrêt impromptu, certains sont allés au marché sur la place centrale voir notre amie motarde Sabine
qui tient un stand de pâtisseries sèches, faites maison avec des produits locaux et naturels,
un délice, il faudra repasser par là …
Re réparation, re départ.
Hé-hé, pas longtemps puisque 5 km après Trie, re re panne.
Une décision énergique s'imposait, et elle a été prise :
L'heureux (?) propriétaire de ce maudit engin l'a carrément laissé sur le bord de la route,
avec l'idée de revenir la chercher plus tard avec une remorque.
Et sans inquiétude, car franchement, qui irait piquer un tas de tôle pareil ?
Pour la petite histoire, sachez que cette moto appartenait avant à René qui a été tout content
de trouver un pigeon pour la lui acheter.
Au moment de re re partir, coup de téléphone : Allo, j'ai suivi un groupe de Harley, je suis perdu, comment vous retrouver ?
Quelle honte ! Non pas de se perdre, mais de nous confondre, nous, des motards, des vrais, avec des Harley ?
Rendez-vous à l'entrée d'Auch, ce qui fut fait.
Bref, à 12h00, nous étions enfin arrivés chez Chantal et René pour …................. la pause café :
une montagne de crêpes, de la viennoiserie comme s'il en pleuvait, et l'accueil des plus chaleureux.
Merci, un grand merci à eux deux.
Puis départ par un chemin détourné pour le lac de Castera-Verduzan .
Tables, recouvertes de nappes s'il vous plait, bancs, assiettes, verres, couverts nous attendaient, sous les arbres.
A noter que les consignes Covid ont été respectées : 6 par table, bien espacée.
Apéro, un autre apéro, et encore un autre apéro, et encore …....
Nous nous sommes assis, et ''on '' nous a servi à table, comme des rois :
hé, René, tu aurais quand même pu mettre une jupette pour le service.
Chantal et René sont venus en camionnette dans la quelle se trouvait tout le parfait attirail pour cuisiner chaud. Chapeau.
Paté, joue de boeuf en daube avec pommes de terre, fromage, dessertsssss,
vin, bière, de l'eau quand même, café, armagnac, bonne humeur, rires, bref tout pour passer d'agréables moments.
Nous sommes sortis de table à 16h00, avec quand même un petit creux !!!
Il a fallu durcir les suspensions des motos en raison des quelques kilos pris.
Même pas le temps de faire une petite sieste reposante. Retour sans problème à Tarbes.

Nous ne saurions trop remercier nos deux amis gersois pour ces moments passés ensemble en toute convivialité.

A la prochaine.

Jean

  • Jean RIGOT
  • Le 20/09/2020

SORTIE DU DIMANCHE 26 JUILLET 2020

CONTIS PLAGE

Nous étions 15 sur 10 motos, plus un couple venu voir ce qu'est le moto club pour éventuellement en faire partie malgré une sélection draconienne. Des malheureux qui roulent en GAULDE VINE;

Départ presque à l'heure (+15 petites minutes) sous un ciel gris, pas trop chaud, idéal pour rouler.

1er arrêt à LARREULE pour embarquer Eric l'africain, motard sans moto, tout heureux de se blottir contre le dos musclé (???) de son conducteur, lui aussi tout heureuse et émoustillée par cette présence virile sur ses arrières.

L'ouvreur, J, a qui sa charmante motarde de fille, avait prété un GPS, n'avait pas eu le temps de potasser les 2385 pages de la notice de ce maudit bidule, et n'avait réussi à le programmer que jusqu'à SAINT SEVER, où nous sommes bien arrivés.
Et là, où est la route pour TARTAS ?
Pas de panneau de signalisation !!! A croire que cette ville n'existe pas.
Nous avons donc fait quelques tours et détours avant que le dénommé JB qui, lui, sait se servir du GPS, ne nous remette sur le droit chemin.
Penser à tapper sur les doigts de l'ouvreur à la prochaine réunion.

La route défile de manière agréable au milieu des forêts de pins, et nous voici arrivés à destination : ha, CONTIS, sa plage, la mer, nous en rêvions tant ; piquer une tête dans l'Atlantique, faire le dauphin, bronzer sur le sable fin …
Et bien, rien de tout ça : trop de monde, nous n'avons rien vu (sanglots).
Pique nique sous les arbres après avoir comme d'habitude levé nos verres à la santé des absents.
Et ce fut le départ : J et sa fille vers le Pays Basque pour quelques jours de randonnées moto, et le gros de la troupe vers Tarbes ; mais comment on-il-fait pour y arriver sans les talents de l'ouvreur ?

Une belle journée.

FAIT DIVERS

ENCORE UNE VIOLENTE AGRESSION CONTRE UN MOTARD

Alors qu'il roulait tranquillement, un motard, J, a été traîtreusement et sauvagement attaqué par un trottoir qui s'est subrepticement jeté au devant de sa moto. Malgré sa maestria en conduite, celui-ci ne put éviter la chute. Allongé sur le dos, la jambe immobilisée par le poids de son engin, il ne dut sa survie qu'à la promptitude de l'intervention de ses camarades. L'élément féminin ne se précipitant pas pour lui faire le bouche à bouche, il ne lui resta plus qu'à se remettre sur ses 2 pattes. Et hop, sans lui laisser le temps de souffler, on le remit de force sur sa monture afin qu'il accomplisse jusqu'au bout son devoir d'ouvreur, et ce malgré d'attroces souffrances à un endroit que la décence m'interdit de nommer.

Pour tout vous avouer, j'ai fait exprès de tomber afin d'observer la réaction du groupe dans de telles circonstances : exemplaire, avec des motards pleins de sollicitude, certains assurant la sécurité en prévenant les autres usagers de la route, etc ...

Merci à tous.

Aux dernières nouvelles, ma fesse droite va bien …...

Écrire un message sur le livre d'or