Des moments à partager, des histoires à vivre, un regard différent sur les motards, faisons la route ensemble.

Livre d'or

Vous pouvez commenter, ou laisser vos impressions ici.

Un livre d'or est un livre (ou une page web, ou tout autre support d'écrit) où des personnes inscrivent des félicitations ou des témoignages sur quelque chose (un lieu, un événement).

Dans un hôtel de ville, un restaurant ou un gîte ou lors d'un mariage, un livre d'or peut être rédigé par les clients ou les invités pour qu'ils témoignent de leur passage. Son but principal est de permettre aux visiteurs d'exprimer leur gratitude et leur soutien. Le livre d'or s'oppose au livre de doléances.

19 message(s) dans le livre d'or

  • RIGOT Jean
  • Le 17/05/2019

SORTIE ROYAN DES 8-9-10 MAI

AVANT PROPOS
Ce matin-là, Marc, pourtant peu adepte de la ponctualité,
Décida d’être à l’heure au rassemblement, à 8heure pointée.
Mais, même ça, c’est trop lui demander.
Notre ami Marcou, bien mal réveillé
Suite à une nuit des plus agitée
Dans les bras de sa bien-aimée,
Voulu sortir sa moto au garage rangée.
Omission fatale, il oublia la béquille latérale.
Et sa moto, ou plutôt son antiquité,
Chuta dans l’herbe mouillée.
Incapable seul, de la relever,
Il appela au secours sa dulcinée.
A deux, l’engin fut vite relevé.
Reconnaissant envers celle qui l’a aidé,
MC il décida de l’appeler.
MC ? Mon Crick, mot prédestiné.
Mais elle, fine mouche rusée
Lui rendit la pareille , le rendant médusé :
MCTB : Marc Cale Ta Béquille. Bien envoyé.



Ce mercredi là, à 8h00 précises, tout le monde était exact au rendez-vous, même ceux qui étaient en retard pour cause de chute.
Mettons les choses au point : je ne citerai pas de nom afin de ne pas heurter la susceptibilité de certains.
Nous étions 22 sur 10 motos et 4 voitures.
Nous partîmes donc à l’heure, sous un ciel menaçant, sauf un, toujours le même qui est reparti chez lui pour cause d’oubli de smartphone. Il faudra un jour l’envoyer en cure de désintoxication et de portable, et de cigarette, et tant qu’on y est, de boisson ; qu’il se rassure, il retrouvera dans l’établissement de soins pas mal de membres du MCTB.
Nous sommes donc partis, avec un premier arrêt à Laas pour récupérer nos amis Grands Bretons, et là, au moment de remettre en route nos engins, un certain JB tomba en panne de batterie (normal me direz-vous avec une machine comme la sienne), évènement que nous connaissons bien au club. Heureusement, notre Mac Gyver, G pour ne pas le nommer, le roi de la mécanique, sortit d’on ne sait où, un booster qui, s’il permit à la moto de démarrer, tomba à son tour en panne, complètement déchargé !!! Le voyage s’annonçait sous les meilleurs hospices.
Et, à l’arrêt suivant, il fallut que JP approche sa voiture pour faire un branchement de batterie à batterie. Et ça marche, OUF
Route sous la pluie, les passagères, sauf une vaillante, B, saisirent l’occasion pour aller se réfugier bien au chaud et à l’abri, dans les voitures. Et ça se prétend motardes !!!
Arrêt à Marmande pour un bon repas chaud et réconfortant. Départ sous la pluie direction Libourne après nous être trompés de route ; bof, ce sont des aléas fréquents. Et arrivée, enfin, au camping en fin d’après-midi. 398km. Une bonne douche réconfortante et hop, l’apéro. Enfin car il faisait soif. Et on a bu. Et mangé aussi, les hommes se chargeant du barbecue : une saucisse cuite, un verre de rouge.
C’est à l’occasion de cette soirée que nous avons appris l’existence d’un nouveau vin dont nous n’avons toujours pas compris si c’était un vin local ou un vin chinois : le FUD’CHEN. A consommer avec modération.
A noter qu’en raison de la proximité de la mer qui était fortement agitée, notre ami P a eu un terrible mal de mer toute la nuit.
Lendemain matin, visite au zoo de la Palmyre, sauf pour B, JB, J qui ont préféré aller se balader en moto sur le bord de mer, sous la pluie. Retrouvailles à midi pour le repas, dans un restaurant de fruits de mer spécialisé dans les pizzas !!! L’après-midi retour au zoo pour finir la visite, pendant que les 3 sus nommés filaient à Cognac, non pas pour visiter les caves, hélas, mais pour voir une moto à la vente ; original n’est-ce pas ? 170km. A noter que le zoo les a tous laissé sortir. Le soir, bis répétita placent, barbecue, mais cette fois ce sont les femmes qui s’y sont attelé : facile : elles ont pris les restes de la veille et les ont réchauffés. Quant aux hommes, ils se sont attardés autour des bouteilles qu’il fallait bien finir pour ne pas se les trimbaler au retour : quelle abnégation !
Vendredi matin, 8h00 pétantes suivant les ordres de notre guide suprême, petit déjeuner et départ pour un long voyage de retour puisque nous tenions absolument éviter Libourne ville dont nous avons fait 15 fois le tour avant de trouver la sortie lors de l’aller. Notre ouvreur, juché sur sa puissante moto, pardon, au volant de son véhicule, nous a guidé, à la moyenne de 36.52km/h, jusqu’à Monflanquin, charmant petit village médiéval, où une non moins charmante restauratrice nous a accueillis dans son établissement. Après la photo de famille que vous retrouverez sur le site du club, dernière étape. Et juste avant l’arrivée, la pluie. Ça nous manquait ! Etape de 443km.
Soit un total de 1013km pour les vrais, les purs motards, et 841km pour les autres.
Merci à celui qui nous a concocté cette sortie et merci à tous pour cette chaleureuse ambiance. ET PRETS A RECOMMENCER

  • RIGOT Jean
  • Le 30/09/2018

SORTIE DU 29/09 A FOURCES - GERS

268 km, temps gris en début de matinée, puis très beau
6 sur 5 motos et un en voiture

Nous étions 3 au départ à 8h30, direction Larreule pour y récupérer Eric.
L'ouvreur, dont je ne citerai pas le nom, a donc programmé cette destination sur son portable,
et quand celui-ci lui a demandé quelle route : la + rapide, la + courte, etc,
il a coché : la plus gravillonneuse
nous n'avons pas été déçus

Une fois Eric tiré du lit, direction Marciac.
L'ouvreur a donc fait la programmation, et nous nous sommes retrouvés ………
au fin fond du far ouest, avec Buffalo Bill nous attendant : chapeau de cow-boy, veste de cow-boy
avec tous plein de franges, pistolet au ceinturon; à ses cotés son cheval,
un cheval vert!
oui, oui un cheval vert répondant au doux nom de Panda
(pour plus d'information, voir notre ami Jean Luc)
De là, nous nous sommes rendus chez nos amis grands bretons dont nous avons pu apprécier
l'hospitalité toute britannique : boissons chaudes et gateaux, gateaux, encore des gateaux, toujours des gateaux
et j'oubliais, des gateaux
nous sommes partis de chez eux à 11h30 pour ?

pour aller manger !!!
à Fourcès puisqu'il y a de ces petits restaurants sympas, bons et pas chers
qu'elle n'était pas notre impatiente de nous assoir autour d'une table bien garnie de mets locaux et typiques
accompagnés d'un petit vin de derrière les fagots.
Hélas, hélas, 3 fois hélas
C'était sans compter que nous ne sommes pas les seuls à vouloir manger le midi puisque les 2 restaurants
de ce charmant petit village étaient complets
3 smartphones ont surgi pour nous indiquer un établissement dans les environs:
3 smartphones : 3 avis différents !!!
Et vive la technologie moderne; et vivent ceux qui font semblant de savoir s'en servir
dans l'espoir d'impressionner le béotien que je suis

Direction Condom pour un repas simple mais sympa
Au retour nous sommes passés pas Auch, et là encore notre ouvreur s'est encore distingué :
sur son GPS il a coché la case : les rues les plus étroites, les plus pentues, les plus pleines de pavés, etc
Nous avons été servis.
A l'unanimité, nous avons décidé que la prochaine fois nous lui confisquerons cet objet cause de tous nos malheurs,
et que lui sera derrière, loin derrière
C'est Jean Luc qui a pris la relève pour nous emmener chez lui boire le café, et là, pas besoin de quelque moyen de guidage que ce soit
Sa Maman nous attendait et elle s'est fait un grand plaisir de nous prendre en photo sûrement afin de voir les fréquentations
plus ou moins recomandables de son rejeton
Merci à eux pour ce moment de pause, là aussi dans une chaude ambiance

Et, les bonnes choses ayant une fin, il nous a fallu rentrer au bercail, non s'en nous être au préalable cotisé afin d'offrir
à notre (soit disant) ouvreur le livre : le GPS pour les nuls

A la prochaine .

Écrire un message sur le livre d'or

Il y a des jours où le verbe aimer prend tout son sens.
Il y a des jours où le mot amitié s'illustre de la plus belle des façons.
Il y a des jours qui changent une vie.
Le 23 mars 2019 a été un de ceux-là. 

Merci à Nathalie, Jean François et toute la famille Courtiade

pour nous avoir permis de participer aux festivités de leur union


 

Publicité

(HUMOUR 45° comme le Ricard )

Sponsorisée par MSI le spécialiste de la tranquilité informatique

Lexomil